LETTRE A BOUTEFLIKA : Vous ne mourrez pas « tranquille » Par Belaid Abrika. Lettre Publiée sur le Matin du 4 Avril 2OO9

 

Mr BOUTEFLIKA,
N’étaient-ce votre mépris insupportable à l’endroit de la question amazighe que vous avez répandu en Kabylie et de vos irresponsables faux-fuyants s’agissant  des crimes d’Etat du printemps noir 2001, je me serais volontiers retenu de m’adresser à votre caractériel individu et versatile personne politique. Sans vos sarcastiques insultes et vos hypocrites et faux aveux, je ferais bien l’économie d’écrire à l’un des  pions de l’ancien pouvoir dictatorial du clan d’Oujda et relais médiatique de crise actuel d’un système qui court à sa propre fin. Mais vous avez remuez le couteau dans la fraîche plaie là et au moment le moins recommandable vous sachant d’une espèce politique inconséquente, disparue depuis au moins 20 ans, de toutes les sphères politiques mondiales. Alors votre monnaie Mr BOUTEFLIKA tant que vous êtes toujours vivant et que vous n’avez pas attrapé la “ mort tranquille ” à Tizi-Ouzou!
Sachez d’abord que votre désir inassouvi de soumettre la Kabylie par l’argent du trésor public n’a d’effet que sur la poignée des assoiffés qui le gaspilleront ou le blanchiront comme leurs aînés dans cette catégorie des corrompus. Mourrez tranquille ! Les kabyles sont et demeurent des géants et vos piles de billets sales de la rente pétrolière n’atteindront jamais les cimes de la dignité du Djurdjura et de Ma Gouraya. Rendez-vous compte que si la nature n’a pas du tout été généreuse avec vous, il est loisible de constater que vous êtes surtout nain d’esprit et de culture.

Mr BOUTEFLIKA,
Vous prétendez être un “authentique amazigh” ; causez toujours ! Le monde entier sait que vous êtes un irréductible partisan de la chimérique Ouma-El-Arabia (nationalisme arabe du parti baâth) que mêmes les arabes de souche, les vrais, ne défendent pas avec la même hargne qui vous est propre, à vous et à votre génération au pouvoir despotique dès l’indépendance en 1962. Sachez d’abord qu’un authentique amazigh n’instrumentalise pas son identité, sa langue et culture à des fins électoralistes. Souvenez-vous de vos antérieures provocations, de vos attitudes méprisantes, de vos engagements reniés et de vos déclarations sur l’origine amazighe arabisée par l’Islam du peuple amazigh algérien. Je vous en rappellerai quelques dates et faits. Le 03 septembre 1999 à Tizi-ouzou vous avez insisté sur votre opposition à l’officialisation de la langue tamazight et exigé le cas échéant un référendum populaire pour la hisser au statut de langue nationale. Vous avez au même endroit promis à la famille de Lounès MATOUB, icône incontestable de tous les amazighs, de faire la lumière sur son assassinat le 25 juin 1998 ;  dix ans après, rien de notable dans le dossier de l’enquête. En septembre 2005 à Constantine vous avez déclaré que la langue arabe est la seule langue officielle en Algérie et que vous ne saurez tolérer la constitutionnalisation d’une deuxième langue officielle.  Au début du printemps noir 2001, vous avez choisi de participer à une conférence sur le Sida en Afrique du Sud alors que le sang de nos martyrs coulait sous les balles des  gendarmes voyous et criminels. Vous avez assisté muet au massacre, par la police du pyromane ZERHOUNI et de sa meute de repris de justice, des deux millions de marcheurs pacifiques un certain 14 juin 2001 à Alger. Huit ans après, ZERHOUNI garde le même poste, à se demander qui de vous deux commande ou protège l’autre. Vous avez bloqué depuis 2005 tous les acquis du dialogue entre les représentants de l’Etat et la délégation du Mouvement citoyen des archs notamment les deux décrets portant sur la création d’un Haut conseil et d’une Académie pour la langue tamazight et d’une chaîne TV en tamazight digne de ce nom alors que vous n’avez pas cessé de souligner la légitimé et la justesse de la totalité des revendications contenues dans la plate-forme d’El-Kseur dans vos appels au dialogue avec les délégués de notre structure. Dans votre “discours à la nation” du 12 mars 2002 et devant l’opinion algérienne et internationale, vous avez annoncé que 24 gendarmes sont mis aux arrêts et promis le jugement de responsables des massacres contre la Kabylie. A ce jour, ces engagements sont restés lettre morte pareillement pour ceux relatifs à la mise en œuvre de la plate-forme d’El-Kseur consignés dans l’accord global Mouvement citoyen des  archs Gouvernement du 15 janvier 2005. De plus, qu’avez-vous fait des conclusions du rapport de la commission d’enquête du Professeur ISSAD sur les tragiques événements de Kabylie. Comme le note l’éminent juriste : s’il n’y a pas eu une partie qui a ordonné de tirer sur la foule désarmée pourquoi n’avez vous pas, en tant que chef suprême des armées, ordonné d’arrêter de tirer?

Mr BOUTEFLIKA,
Fiers de notre identité, nous n’avons aucun doute sur notre appartenance ethnique et culturelle amazighe grâce au travail militant colossal de plusieurs générations dans la souffrance, la répression et les privations de vos geôles. Question identité, il n’y a pas dans la région nord africaine d’amazighs authentiques, d’amazighs falsifiés, d’amazighs arabisés, d’amazighs islamisés ou d’amazighs affiliés à El-Qaida ! Il y a  des amazighs tout court. Les croyances, les convictions, la religion et la culture ne  constituent que des référents immatériels, le socle de la griffe de chaque peuple. Et puis n’est pas amazigh qui veut ! Retenez-le bien, ça pourrait vous servir avant de “ mourir tranquille ” d’être reparti de Tizi-ouzou sans déclencher d’émeute.
Aussi, ce n’est parce que,  des personnages politiques sombres et légers de Kabylie, qui se sont improvisés faux saints modernes des lieux, ont fait quelques pas avec vous un vendredi dans une petite ruelle commerçante de Tizi-ouzou transformée à l’occasion en QG de la 1er région militaire et de la police (c’était kif kif avec les images du Tsahal dans Gaza) que vous justifierez le très faible taux de participation à la mascarade électorale du 09 avril 2009 et la fraude qui la dominera en Kabylie et sur tout le territoire amazigh ou que vous avez gagné l’estime de la population locale. Des personnages mangetout  qui n’ont de kabyle que les restes de leur belle langue maternelle souillée au gré de leur penchant aveugle pour l’argent et de leur identité tronquée contre des positions et dividendes qui ne sont ni honorables, ni justes, encore moins historiques. Ce vendredi 27 mars 2009, il y avait eu à Tizi-ouzou, vidée de sa population, l’assemblée générale des rentiers locaux et des candidats à la rente pour l’acclamation en aparté de leur grossiste en chef de sachets poubelles d’argent sale.
Certes, nous sommes quelque peu affaiblis, nous n’avons pas la force de 2001 à 2004, le Mouvement citoyen n’est plus ce qu’il était. Les causes en sont multiples, vos services amplement dotés et d’autres organisations superficielles ont fait le gros du travail de sape, nous en avons bien entendu notre part de responsabilité ; profitez de ce passage difficile pour tous les militants politiques et syndicalistes, toutes tendances confondues, de la région pour assouvir vos désirs d’abus de pouvoir et de dénis de justice car ce temps d’introspection et de repli est nécessaire pour tout un peuple martyr au sortir d’une vague de répression terrible jalonnée de victoires douloureuses (celles-ci véritablement historiques) et de défaites utiles. Nous resterons toujours debout !

Mr BOUTEFLIKA,
Vous avez un autre indu mandat pour noircir davantage le tableau de vos méfaits et céder par la suite votre poste à l’un de vos sosies politique mais dites-vous que la Kabylie a tout son temps pour vous rappeler ce que vous êtes réellement : une bulle de haine et de rancune contre  les peuples amazighs libres d’Algérie qui vous éclatera tôt ou tard à la figure pour vous emporter et le système maffieux et assassin avec. Vous affirmez ignorer l’origine du déclenchement de la tragédie du printemps noir 2001 ; grave déclaration qui ne vous en disculpe nullement de vos responsabilités ; je vous dis : de votre poste, jugez les responsables, commanditaires et exécutants, démissionnez ou vous serez vous-même tôt ou tard jugé pour ces crimes d’Etat. On ne vous laissera pas tranquille même après votre “ mort tranquille”! Et Pour “mourir tranquille” il vous faudra mourir après le jugement des assassins. Postulat qu’une conscience humaine devra vous suggérer ; mais cette exigence morale  ne vous a guère préoccupée pendant votre pouvoir sans partage. Le mieux pour vous aurait été d’user de vos prérogatives de premier magistrat pour déférer devant les tribunaux civils les commanditaires et les exécutants des 126 jeunes martyrs avant que la nouvelle page que vous espériez ouvrir avec la région de Kabylie ne se referme  brutalement et définitivement sur vous et  que votre nom reste à jamais lié au plan de génocide contre le peuple kabyle et accusé pour toujours de crime contre l’humanité. Vous avez une autre chance d’emprunter des chemins plus indiqués pour aspirer à une possible “ réconciliation ”avec la Kabylie si vous aviez eu la modestie, le courage et la volonté de traduire dans les faits vos engagements officiels et publics quant à la mise en œuvre de la plate-forme d’El-Kseur maintes réitérés notamment lors  de vos appels au dialogue avec le Mouvement citoyen des archs. Dans votre jeunesse vous avez raté le train de la guerre de libération et passé près d’un demi siècle après dix ans à la présidence de la RADP sans même parvenir à redonner espoir à la jeunesse. Vous avez violé la Constitution pour “ mourir tranquille ” sur le trône. Vous avez là une ultime chance de rattrape sur tous les fronts vos occasions dilapidées. Nous ne nous mourrons pas tranquilles que si nous assistons au jugement des assassins des 126 martyrs du printemps noir 2001 et voir tamazight rayonner dans tous les domaines.
Enfin sachez que la Kabylie saura contre votre pouvoir maffieux  et votre système rentier  dessiner elle-même son avenir politique libre, juste et démocratique et celui des peuples amazighs des autres régions d’Algérie.
Mais surtout rappelez-vous que sur le haut fronton de la Kabylie il n’est pas écrit : “ A VENDRE ”.

Belaid ABRIKA, ex-porte-parole de la  délégation du Mouvement citoyen des archs

ULAC SMAH ULAC – ULAC L’VOT ULAC-  Le combat continue-  Tizi-ouzou, le samedi 04 avril 2009

Publicités