évènement international

Ce pouvoir a toujours été à l’origine des émeutes pour des objectifs de traîtrises et hypocrites depuis plus 52 ANS Dont boutef est le chef suprême de la faillite de ce pays des martyrs qu’ils ont trahis l’exemple concret est là , personnellement j’ai couvert cette marche sur le plan médiatique. Cette Marche du 14 juin 2001 a été réprimée par le ministre de l’intérieur Yazid Zerhouni Ali Tounsi & larbi belkheir secrétaire générale de la présidence aux services de la France
Un piège a été tendu par le ministre de l’intérieur aux manifestants les policiers dALI Tounsi à l’arrivée du cortège à proximité d l’immeuble Maurétanie selon mes sources auprès des amis fonctionnaires de la DGSN qui m’ont confirmé officiellement que les diapos montrés aux journalistes par yazid Zerhouni lors de la conférence de presse hypocrite et mensongères qu’il a animée le 16 juin 2001 au Palais du gouvernement
sont des montages caractérisées , les photos nous ont montrées que les policiers étaient cachés derrière l ‘immeuble Maurétania , plus grave lors u passage du cortège du défilé , ont été soit disant provoqués et attaqués , par des baltaguias du pouvoir qui étaient cachés derrières les boucliers anti émeutes. Où Ira cette politique du pouvoir qui n’a jamais cessé de tabassé le peuple ? je prend ç témoin le monde qui nous regarde comment ce pouvoir refuse une fois de plus d’arrêter de porter atteinte aux droits de l’homme

Pause
-1:37

Remettre le son

Paramètres visuels supplémentaires

Passer en Mode Regarder et DéfilerAfficher en plein écran

55 428 vues

Olivier Demeulenaere – Regards sur l’économie Blog de réinformation sur l’actualité économique et financière
Accéder au contenu principal
Accueil
A propos
Acheter de l’or
← La politique étrangère de Donald Trump ne sera pas un long fleuve tranquille
WikiLeaks promet une année 2017 « à couper le souffle »… Mais qui est derrière ?
Publié le 5 janvier 2017 par Olivier Demeulenaere
Encore des milliers de documents “fuités” qui vont révéler au public l’envers du décor… On se régale d’avance. Le problème, quand même, c’est le halo de mystère qui entoure Wikileaks et son très médiatisé fondateur Julian Assange. Car depuis le temps que ces « leaks » font trembler les puissants, on est étonné qu’aucune perquisition, aucune arrestation (excepté celle de l’étrange “Chelsea” Manning) n’aient été engagées pour mettre fin aux agissements de ces dangereux perturbateurs. N’est-ce pas un peu trop beau pour être vrai ? A une époque où les moyens de contrôle et de surveillance n’ont jamais été aussi développés et sophistiqués, où une NSA tentaculaire espionne qui elle veut, du citoyen lambda jusqu’aux chefs d’Etat, comment se fait-il qu’aucun de ces hackers ne soit sous les barreaux ? Quels sont les liens avec les services de renseignement ? Les canaux de financement ? Comment se fait-il que les médias mainstream, véritables courroies de transmission du système, publient des documents, relaient des informations censés nuire au système ? Que certains pays soient toujours dans le viseur, d’autres jamais ? Qu’Assange accepte en bloc la version officielle du 11 septembre ? Autant de questions que les chercheurs de vérité se posent depuis le début… et qui conduisent certains sur la piste de la CIA, du Mossad et d’Israël. OD

qui-derriere-wikileaks-assange
Pour aller plus loin :

Gordon Duff – Busted : Wikileaks working for Israël

Controverse : les (sales) dessous de Wikileaks ?…

————

« A en croire Julian Assange, le fondateur du célèbre site pro-transparence, l’année qui vient sera encore plus riche en surprises que la précédente – qui a pourtant connu, notamment, la révélation des fameux mails du parti Démocrate américain.

«Si vous pensez que 2016 a été une grosse année pour WikiLeaks, sachez que 2017 vas vous couper le souffle», a prévenu le fameux lanceur d’alertes Julian Assange, dans un tweet daté du lundi 2 janvier. Son message inclut un lien vers une page où les internautes peuvent verser des dons pour aider WikiLeaks à «préparer le compte à rebours» de nouvelles fuites choc…
Suivre
WikiLeaks ✔ @wikileaks
If you thought 2016 was a big WikiLeaks year 2017 will blow you away. Help @WikiLeaks prepare for the showdown: https://shop.wikileaks.org/donate
21:52 – 2 Janv 2017
5 902 5 902 Retweets 9 280 9 280 j’aime
Le défi relevé par Julian Assange n’est pas mince : l’année 2016 a été particulièrement féconde pour WikiLeaks. Le site a en effet été sous le feu des projecteurs au cours de la campagne présidentielle américaine, pour avoir publié progressivement plus de 50 000 mails du directeur de campagne d’Hillary Clinton, écornant l’image de celle-ci.

Voir l’image sur Twitter
Voir l’image sur Twitter
Suivre
RT France ✔ @RTenfrancais
Comment la «guerre de #Clinton» a déstabilisé l’#Europe : l’#ITW exclusive d’#Assange au complet sur >>> https://francais.rt.com/international/28483-guerre-hillary-clinton-libye-destabilise-europe-interview-assange
11:43 – 7 Nov 2016
54 54 Retweets 23 23 j’aime
Une fuite massive succédant à la publication de quelque 27 000 courriels de la direction du parti Démocrate, qui avaient révélé le traitement de faveur accordé par cette dernière à l’ex-Secrétaire d’Etat durant la primaire démocrate, au détriment de Bernie Sanders.

Le site a également fait parler de lui l’an passé en dévoilant des «câbles» saoudiens dressant un portrait peu flatteur de Riyad (le «saoudileaks»), ou encore des documents confidentiels liés à l’Accord sur le commerce des services (ACS) (un grand projet de traité secrètement négocié par les Etats-Unis, l’UE et 22 autres pays).

Voir l’image sur Twitter
Voir l’image sur Twitter
Suivre
RT France ✔ @RTenfrancais
Retour sur les 10 fuites les plus spectaculaires pour les 10 ans de @wikileaks >> http://francais.rt.com/international/27195-dix-ans-wikileaks-dix-fuites
10:55 – 5 Oct 2016
11 11 Retweets 9 9 j’aime
RT en français, le 3 janvier 2016

Concernant ces publicités

Partagez cet article :
FacebookLinkedInTwitterEmailGooglePinterest

A propos Olivier Demeulenaere
Olivier Demeulenaere, 51 ans Journaliste indépendant Macroéconomie Macrofinance Questions monétaires Matières premières
Afficher tous les articles de Olivier Demeulenaere →
Cet article, publié dans Actualités, est tagué 11 septembre, 2017, actualité, Chelsea Manning, CIA, espionnage, Etats-Unis, financement, géopolitique, Hillary Clinton, ingérence, Israël, John Podesta, Julian Assange, manipulation, médias, Mossad, NSA, politique, POTUS, propagande, renseignement, Russie, secret, surveillance, transparence, vérité, Wikileaks. Ajoutez ce permalien à vos favoris.
← La politique étrangère de Donald Trump ne sera pas un long fleuve tranquille
2 commentaires pour WikiLeaks promet une année 2017 « à couper le souffle »… Mais qui est derrière ?
Lovely dit :
5 janvier 2017 à 12:55
Ce qui est sûr c’est que Wikileaks est dans le camp de Trump/Poutine/Israël et opposé au clan Clinton/Obama….
Répondre
xavib dit :
5 janvier 2017 à 13:04
Wikileaks ajoute constamment à la confusion ambiante déjà grande ! Il y a donc forcément derrière une oligarchie, celle du diviser pour régner, de la stratégie de l’ordre par le désordre, « Ordo ab Chaos »…
Répondre
Ecrire un commentaire

Nouvel article sur brunobertez

Le commencement de la fin

par brunobertezautresmondes

Le commencement de la fin

MERCREDI, 04.01.2017

Prévisions 2017 (1/2). La fuite en avant accélère sans rien résoudre. Le premier semestre sera satisfaisant mais trompeur.

Bruno Bertez

Agefi Suisse

Voici venu le temps des fameuses prévisions annuelles. Elles se résument comme suit:

l Nous sommes en crise fondamentale, structurelle même si cette crise prend diverses formes, apparences et donc produit différentes manifestations.

l Les Cassandre ont tort, structurellement tort et ils trompent le public. Les autorités n’ont certes pas le pouvoir de résoudre les problèmes et d’apporter des solutions à la crise, mais elles ont un pouvoir colossal, qui est celui de retarder l’inéluctable (ceci je le professe depuis le début des années 80).

l Le traitement des crises est toujours le même: il s’agit de retarder, de «kick the can» par le biais de la politique monétaire. D’abord politique monétaire classique, ensuite politique monétaire non conventionnelle, enfin  politique monétaire autoritaire, violente, brutale, confiscatoire  comme les taux négatifs, la menace sur le cash, l’helicopter money, la politique de contrôle des revenus et enfin la spoliation. Nous grimpons l’échelle de la répression financière. Et du cynisme.

l Le traitement monétaire jusqu’à un certain stade est favorable aux actifs financiers et nous avons résumé cela par une affirmation scandaleuse maintes fois déclinée: «Vive les crises»! Tout cela peut continuer tant que la demande pour la monnaie reste importante, tant que l’on ne la fuit pas.

l Au delà de ce certain stade, la tendance à la destruction succédera à la répression, mais cela ne sera pas linéaire, il y aura des hauts, des bas et des rémissions et donc des illusions.

l Nous avons considéré depuis 2010 qu’il n’y aurait jamais d’Exit et que la Fed ne pourrait jamais réduire la taille de son bilan («ils ont brûlé les navires»). Ceci a déjà été confirmé par Yellen à deux reprises en 2015 et 2016. La tentative en cours de normalisation des taux se fait par un subterfuge technique qui ne passe pas par la réduction de la taille du bilan de la Fed

l Nous avons depuis 2010 pointé l’année 2017 comme l’année du commencement de la fin, c’est à dire l’année ou les failles se révélaient, les choses échappaient au contrôle. Ceci s’est manifesté à l’été 2016 lors de la crise Chinois et en janvier-février 2016. Et puis il y a eu la sérieuse alerte sur la banque phare mondiale, la Deutsche Bank. Grâce à la concertation, tout est rentré dans ce que l’on peut abusivement appeler l’ordre.

l S’agissant des marchés, même si nous utilisons par commodité de temps à autre le mot «bulle», nous affirmons qu’il n’y a pas de «bulle» et qu’il n’y en aura pas tant que la masse de liquidités dans le monde continuera de progresser. Ce qui fait la valeur moderne c’est l’échange monnaie  contre actifs quasi-monétaires, ce n’est pas le rapport entre le réel et les actifs papiers. Le champ des actifs est homogène affirmons nous et le lien avec le champ réel est coupé.

La période devient chaotique, c’est le propre des transitions. Au début 2016, nous avons considéré que le risque de récession devenait envisageable, le commerce global fléchissait et la «bulle» chinoise menaçait d’éclater.

Nous avons rapidement compris et estimé que ceci ne se produirait pas et anticipé des actions vigoureuses et secrètement coordonnées en particulier avec la Chine afin d’éviter cette récession; c’est ce qui s’est produit grâce à une création de crédit colossale en Chine, complétée par un contrôle de la baisse du change du yuan et grâce à un renversement de la stratégie des producteurs de pétrole.

Une modeste reprise économique s’est profilée dès le second semestre. Aux Etats-Unis, il faut noter que la tendance à la dégradation des profits a été enrayée et ceci a constitué un soutien relatif aux dépenses d’équipement. Ceci a aussi été constaté au niveau global. Vous savez que nous accordons un rôle central au profit et au taux de profit dans nos appréciations de la situation.

En fin d’année 2016, les marchés financiers sont devenus exubérants en liaison avec la victoire de Trump et son projet des Trumponomics.

Ils anticipent de larges réductions d’impôts, un programme de dépenses d’infrastructure et des dérégulations. Les ménages semblent plus optimistes, on le voit nettement dans les dernières enquêtes de confiance des consommateurs. Le dernier baromètre de l’Université du Michigan a atteint 98,2 en décembre, c’est le plus haut depuis janvier 2004. A noter que l’exubérance des actions a fait les affaires de la Fed, la hausse minuscule des taux a été bien absorbée, certes les portefeuilles obligataires ont perdu 3 trillions, mais les portefeuilles d’actions se sont valorisés de 3 trillions. Pas d’appauvrissement global.

Du coup tout le monde prévoit une accélération de la croissance. A noter que cette prévision est une surprise pour beaucoup d’observateurs. Gavyn Davies, l’ancien de chez Goldman, maintenant au Financial le reconnaît, «c’est la première fois que toutes les économies majeures donnent l’impression de vouloir croître au dessus du trend de ces derniers années». Gavyn Davies veut espérer, mais il ajoute que «ce n’est pas pour autant qu’il a confiance que l’économie globale sera capable de vaincre les forces puissantes de la stagnation séculaire».

L’optimisme est il justifié? Non, au delà d’un coup de fouet, les Trumponomics ne résolvent rien.

Tout est possible, car on part de bien bas et grâce au crédit on peut faire un bout de chemin. La croissance des Etats-Unis pour l’ensemble de 2016, ne l’oublions pas est à peine de 1,5%, la plus faible depuis 2012; on peut faire mieux! Le redressement du 2e semestre a pour origine la consommation, le logement et le crédit, pas l’investissement des entreprises! Quelle sera la réaction des consommateurs si le coût du crédit augmente comme cela est prévu?

Le relais par la dépense des entreprises ne semble guère probable, la hausse du dollar, est un vent contraire tout comme la mauvaise allure de la productivité: elle force à peser sur les salaires. Et puis il y a le boulet, l’esclavage volontaire de la dette: les entreprises ont émis des tombereaux de dettes qui les affaiblissent et fragilisent afin de profiter des taux bas avant la hausse.

On a émis de la dette pour spéculer, pour faire de l’ingénierie, pas pour investir productivement. Comme le remarque Bill Gross: «les taux ultra bas ont incité à bâtir du leverage parce que c’était avantageux, mais cela plante les graines du prochain ralentissement ou du prochain accident financier»

Le principal frein à l’investissement devrait être à notre avis, l’incertitude sur le futur régime mondial, en particulier sur l’évolution de la globalisation. Elle a déjà touché son pic, mais les projets de Trump la rendent encore plus problématique.

L’horizon n’est pas dégagé, la visibilité est faible, les entreprises n’aiment pas cela. La globalisation joue un rôle essentiel dans la production et la réalisation de profit pour les grandes firmes. Il n’y a pas que le commerce mondial qui ralentit, il y a les mouvements de capitaux: les flux internationaux de capitaux se tarissent, les investissements à l’étranger sont en vif recul. On assiste à une nette re-domestication.

Au total, nous pensons que l’année 2017 peut être une année de rupture, de choc encore plus que ne l’a été 2016: beaucoup de paramètres qui gouvernent la situation fondamentale se sont dégradés, la fuite en avant n’a fait qu’accélérer sans rien résoudre. Elle a fragilisé.

Au plan conjoncturel, la lancée de la fin 2016 devrait permettre un premier semestre 2017 plutôt satisfaisant, mais trompeur. Les craintes de récession devraient resurgir vers la fin de l’année. Ce serait un profil inverse de celui de 2016 qui avait mal commencé mais qui a bien fini.

S’agissant d’investissement rien n’est à son prix, rien n’est attrayant, tout sera perdant en termes réels, y compris en réinvestissant les intérêts et dividendes, dans une perspective de long terme.

Retenez bien ceci et si vous voulez aller vite, uniquement ceci: nous ne sommes pas en train de sortir de la crise, nous entrons dans une nouvelle phase, une phase active au sens ou on le dit pour les volcans.

La dialectique du roi dollar, la hausse du dollar n’est pas un sous produit non voulu de la normalisation des taux, c’est une nécessité, une arme des Etats-Unis pour maintenir le système monétaire actuel qui est en sa faveur. La hausse du dollar a à voir avec «The World America Made». La hausse du dollar équivaut à une mise au pas. Mise au pas de Trump, mise au pas du reste du monde.

Voici l’arme de destruction des périphériques, émergents, concurrents et compétiteurs stratégiques qui prétendent porter le challenge aux Etats-Unis: le dollar, c’est l’arme atomique suprême de ce pays.

La Nouvelle Phase sera celle de la préparation du Grand Reset. C’est notre hypothèse de travail. Nous en ignorons bien sûr le contenu et la forme, mais nous sommes certains de sa nécessité. La nécessité est logique, dialectique, surdéterminée. Peu importe les discours et les intentions affichées. C’est elle qui gouverne. Il est évident que la pensée logique est incapable de fournir un calendrier, le temps logique n’est pas le temps des humains mais celui des dieux.

Les Etats-Unis ont monté les taux deux fois, les marchés considèrent qu’il y aura trois nouvelles hausses en 2017.

Les Etats-Unis réduisent la stimulation interne, domestique, mais ils bénéficient des entrées de capitaux venant d’ailleurs, ils assèchent le reste du monde, le ROW. Ils réussissent le paradoxe de réduire la stimulation tout en maintenant l’aisance.

Les Etats-Unis drainent la richesse mondiale! La normalisation de la Fed coïncide fort opportunément avec les espoirs que le paria, Trump, a fait naître sur la stimulation. Il sert les visées du système malgré lui! Comme quoi, quand la nécessité est là, elle gagne.

Le ROW, lui est obligé de pratiquer l’inverse, les QE et l’avilissement. Les Etats-Unis drainent la richesse mondiale, les idiots inutiles de la BCE la lui servent sur un plateau, en dévalorisant votre euro, en «trashant» votre droit à prélever dans le monde! Seuls les Allemands comprennent les enjeux, mais l’idéologie de Merkel l’empêche de prendre les mesures qui permettraient de contrer Draghi.

Objectivement, n’écoutez pas leurs cris d’orfraie, les Etats-Unis recherchent un regain d’attractivité du dollar comme ils l’ont fait au début des années 80, par Volcker.

C’est l’arme suprême pour réaffirmer l’ordre du monde qu’ils ont produit, «The World America made». Comme par hasard il coïncide avec le slogan publicitaire de Trump: «Make America Great Again»; et comme hasard, il déclare tout de suite les hostilités avec les compétiteurs stratégiques: les Chinois! En projetant complémentairement de saper leur rapprochement avec les Russes.n

Nouvel article sur Michelduchaine

 

 Les membres de l’armée chinoise cherchent à utiliser une impulsion électromagnétique dans le cadre d’un « one-two punch» pour assommer – littéralement en quelques secondes – tous les appareils électroniques de défense , non seulement sur Taiwan , mais aussi sur les navires de guerre américains qui pourraient défendre l’île.

Cette révélation vient dans un article de Lou Xiaoqing qui dit l’ Armée de libération du peuple voit une arme EMP comme le principal moyen de vaincre les défenses de  Taiwan et de faire la désactivation des moyens de défense américains à proximité.

Étant donné qu’une telle stratégie a été rendue publique dans un article intitulé «bombes à impulsions électromagnétiques chinoises, » et…il est considéré comme reflétant la position du gouvernement chinois officiel.

Xaoqing a dit que si les Chinois utiliseraient un dispositif nucléaire à haute altitude qui créerait l’impact EMP destructeur sur l’électronique de Taiwan, il devrait exploser à une attitude de 18 miles pour éviter civile dommageable et de matériel militaire sur le continent chinois, qui pourrait se produire si la bombe a explosé à une altitude plus élevée.

les-effets-dune-bombe-emp

 

 » La Chine est attiré par la lutte contre l’armée américaine au-delà de  la portée effective des armes classiques, en les utilisant comme un moyen d’attaque surprise ou un facteur d’intimidation», a déclaré Xaoqing. « Les Etats-Unis devront  abandonner l’utilisation de groupes de combat de porte-avions pour défendre Taiwan. »

Xaoqing a déclaré que l’armée chinoise a calculé que l’armée américaine est trop fragmentée et, couplée avec le ralentissement de l’économie, serait moins susceptible de venir à l’assistance de Taiwan, forçant Taiwan à se défendre.

Contrairement à la croyance populaire, le Taiwan Relations Act 1979 ne nécessite pas que  les États-Unis doivent intervenir militairement si la partie continentale de Chine attaque Taiwan. Au lieu de cela, il a adopté ce qu’on appelle une politique d ‘«ambiguïté stratégique» dans laquelle les Etats – Unis ne vont pas  confirmer ni nier que la Nation  interviendrait au nom de Taiwan.

La législation, cependant, ne nécessite les États – Unis de «fournir Taiwan avec les bras d’un caractère défensif » et « pour maintenir la capacité des États-Unis pour résister à tout recours à la force ou d’ autres formes de coercition qui mettrait en péril la sécurité ,la vie sociale ou/et  du système économique, du peuple de Taiwan « .

 

effets-en-altitude

 

Comme WND a indiqué précédemment, la Chine accorde une priorité au développement des armes EMP qui pourraient être utilisées contre les porte-avions américains, qui en plus arrivent dans les mers de Chine du Sud et de l’ Est dans le cadre de la nouvelle politique américaine « Pivot vers l’ Asie ».

Cette politique consiste à contester les allégations de la Chine sur l’ ensemble de l’Est et du Sud de la Chine maritime et toucher  la confiance en soi de plus en plus montré par Pékin, qui cherche à prendre le contrôle exclusif sur les minéraux vitaux et de l’ énergie dans la région.

Il y a déjà eu des cas de confrontations militaires entre la Chine et ses voisins,dans le passé, tels que le Vietnam, les Philippines et le Japon.

Avec l’histoire de l’ animosité, la Chine et le Japon ont maintenant des revendications contradictoires de propriété sur deux îles de la mer de Chine méridionale.

La Chine appelle les îles Diaoyu alors que le Japon se réfère à eux comme Senkaku. Les Japonais ont une preuve de leur demande – en les ayant achetés des citoyens privés il y a des années – et les États – Unis soutiennent l’allégation du Japon.

Une étude de 2005 des États – Unis (Centre national renseignement terrestre )qui a été classé secret , mais libéré il y a deux ans a dit le développement de la Chine des armes de grande puissance basées sur les micro – ondes, fait partie de l’arsenal  de destruction massive des pays pauvres.Ce sont des armes qui permettent à un pays technologiquement inférieur tels que la Chine et même la Corée du Nord ,de  vaincre les forces militaires d’un pays plus avancé comme les États-Unis.

Les micro – ondes et les rayons gamma émis par une explosion nucléaire sont des formes d’énergie électromagnétiques. Les bombes sont conçues pour exploser à une altitude élevée pour assommer tous les appareils électroniques non protégés, y compris les réseaux électriques, les ordinateurs et les automobiles sur une vaste zone géographique.

q

Même le rapport NGIC déclassifié a souligné que l’utilisation d’un EMP contre Taiwan à une altitude de 30 à 40 km  « limiterait  les effets du PEM à Taiwan et son voisinage immédiat et minimiserait  les dommages à l’ électronique sur le continent. »

Le rapport particulier dit que les missiles balistiques  DF-21 de moyenne portée de la Chine communiste pourrait être la plate – forme à utiliser pour lancer une attaque EMP sur Taiwan.

En décrivant la stratégie  « one-two  punch » de la Chine, Xaoqing dit que dans le premier coup de poing l’armée chinoise  désactiverait  l’ électronique non-durcis et les centres de commandement et de contrôle.

Il a dit qu’un missile  EMP serait particulièrement intéressant , car  il  agit avec la vitesse de la lumière dans tous les temps,  frapperait  plusieurs cibles sur une vaste zone et  minimiserait les dommages dans des environnements politiquement sensibles.

Compte tenu de l’altitude relativement faible de 18 miles à laquelle un EMP chinois  exploserait  sur Taiwan, Xaoqing dit le second poinçon créerait certains effets sur la santé de l’ exposition à un EMP.

Il a dit que basé sur la recherche chinoise en 2005 qui a évalué les effets d’une EMP sur les cellules cardiaques, il rendrait le cœur des gens incapables de fonctionner aussi bien qu’ils le devraient, avec la mort possible ou des dommages graves au cœur et, par extension, la mort à ceux qui sont exposés à un EMP.

En cas d’ exposition à des explosions à des altitudes plus élevées, les effets d’une EMP seraient moins dommageables pour la santé des populations, a-t – il dit.

Bien qu’il n’y aurait pas un taux de destruction de 100 pour cent, Xaoqing dit, il a dit qu’il pourrait conduire à l’ invalidité à long terme pour les personnes les plus sensibles à un EMP, comme les personnes âgées, les jeunes et les bébés à naître.

Publicités